Groupes de soutien à la parentalité

  • Qu’est ce que la parentalité ?

    La définition avancée avec Houzel (1999) comprenait trois dimensions dans ce « fait d’être parent » : celle de « l’exercice », qui renvoie à une définition juridique de la parentalité, celle de la « pratique », qui renvoie à la personne qui concrètement prend soin de l’enfant, assure son éducation, et celle de « l’expérience » d’être parent, qui renvoie plus à un sentiment subjectif, à un lien vécu avec l’enfant.

 

  • Le devoir d’être un « bon parent »

    Ce concept apparu dans les années 70 a conduit à une concrétisation des « devoirs parentaux » dans un contexte où la contraception a engendré la notion de désir d’enfant ainsi que de choix de devenir parent. Ce choix synonyme dans nos sociétés de liberté mais aussi de responsabilité, a introduit en nous parents, le devoir d’être un « bon parent ». Devoir qui soumet parfois chacun à une pression de devoir être le parent qu’il faut à défaut de pouvoir être le parent que l’on souhaiterait être. Winnicott et la mère suffisamment bonne/Dolto.

 

  • A chacun sa propre représentation de la parentalité

    Face à ces évolutions ainsi qu’à celle des formes de famille (recomposées, pluriparentales, monoparentales, interculturelles) confrontées aux exigences sociales, être parent de nos jours n’est pas toujours chose facile. A chaque étape de développement de l’enfant, la relation évolue en fonction des besoins de l’enfant et des étapes de vie de la famille. Si les bases éducatives se basent sur un socle social, historique et juridique, à chacun d’appréhender sa propre manière de se vivre parent. Ainsi se saisir des multiples outils personnels, relationnels et éducatifs, les faire se rencontrer et construire sa propre malette pour faire qu’être parent ne soit plus devoir d’être mais pouvoir être.

© Copyright 2020

Centre médical santé Saint Augustin

Gaëlle Boyé

Psychologue clinicienne


N° SIRET : 81173263500024- N° ADELI : 339316101- Tél. 07 85 92 68 65

  • Facebook - White Circle