Le groupe de parole comme soutien à la parentalité La rencontre avec d'autres parents permet de se rendre compte qu'être parent ça n'est facile pour personne. Echanger, mettre en commun des expériences, co-construire des outils éducatifs pendant 1h30 sur 3 séances, apaise les doutes, la culpabilité et participe à retrouver confiance.

La parentalité...pas toujours facile: Selon Houzel (1999), le fait d'être parent comprend trois dimensions  : celle de « l’exercice », qui renvoie à une définition juridique de la parentalité, celle de la « pratique » en prenant soin de l’enfant, assurer son éducation, et celle de « l’expérience » qui renvoie plus à un sentiment subjectif, à un lien vécu avec l’enfant. Un véritable "métier" en soi, empreint d'incertitudes, qui parfois nous déborde et nous renvoie à un sentiment d'impuissance.

Dois je devenir un« bon parent »? Ce concept de parentalité apparu dans les années 70 a conduit à une concrétisation des « devoirs parentaux » dans un contexte où la contraception a engendré la notion de désir d’enfant ainsi que de choix de devenir parent. Ce choix synonyme de liberté mais aussi de responsabilité, a introduit en nous, parents, le devoir d’être un « bon parent ». Devoir qui soumet parfois chacun à une pression de devoir être le parent qu’il faut à défaut de pouvoir être le parent que l’on souhaiterait être. 

Et si ensemble on se soutenait pour "juste" être parents. Avoir chacun sa propre représentation de la parentalité est une richesse en soi. La partager et échanger avec d'autres parents confrontés aux mêmes difficultés permet de minimiser les enjeux, se défaire de la culpabilité afin de maintenir un équilibre relationnel familial. Alors laissez vous tenter par l'espace que je vous propose.

"Ce groupe nous a, mon mari et moi, beaucoup aidé. Déjà à se rendre compte que nous n'étions pas seuls dans cette situation mais aussi à progressivement prendre le recul nécessaire pour gérer les difficultés de communication que nous avions avec notre fils. Aujourd'hui grâce à ces sessions, nous avons retrouvé le lien que nous avions le sentiment d'avoir perdu avec lui. Propos recueillis de parents venus pour un problème de consommation de cannabis chez leur adolescent de 15 ans.